Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Patapon le nécromant vous parle

Ce blog prendra plusieurs formes. Il sera parfois absurde, parfois horrifique et parfois juste calme. Vous trouverez ici des nouvelles, des règles de jeu et le partage de quelques découvertes. J'utilise des images pour étayer mon propos mais celles-ci ne m’appartiennent nullement. Je les ferai disparaître à la première demande de leur propriétaire.

Reine

Publié le 6 Octobre 2015 par Patapon in Les Mères

Reine

L'eau ruisselle sur son corps âgé. Elle a 200 ans et son corps affiche tout de même pas loin de 70 ans. Les rides créent des plis au creux de sa peau et ses seins ont perdu de leur orgueil. Elle a une silhouette filiforme, sèche. Elle prétend que ça fait partie de son rôle. Cependant qu'elle se nettoie, il apparait à l'œil aguerrit que chacune de ses ridules est une lettre, que sa peau est couverte de mots. Reine est un livre, tous ces textes sont gravés à même sa peau. Ce ne sont pas des tatouages, non, ce sont des phrases complètes écrit en bas-relief sur sa chair dans un langage aussi vieux que le Pic lui-même. Elle se souvient de chacun des mots et des vagues de douleurs différentes qu'ils lui ont fait traverser. Ces phrases ont une signification, une signification que seule celle qui lui succèdera aura le droit de lire. Ceux et celles qui ont gravé ces phrases ont été tués après l'opération, car nulle ne peut voir Reine nue.

Reine

Après la douche, Reine se rend devant son miroir, elle prend la première robe que ses servantes lui ont préparée. Tout ce rituel matinal est machinal, elle ne pense pas à ce qu'elle fait. Elle évalue des situations et analyse les paroles des autres Archicardinales. Alors qu'elle boutonne sa longue robe elle prend les décisions les moins importantes, celles qui nécessitent le moins d'analyse. Elle range ses décisions dans sa mémoire parfaite et prépare son emploi du temps de la journée. La mémoire de Reine est sans fin, elle prétend même se souvenir de sa naissance et de la douleur. Elle finit d'ajuster sa robe à haut col. Toutes ses robes lui donnent cet air droit et hautain qui lui plait tellement. Elle est sévère et tout le monde doit le savoir. Même les archivistes qui lui ont juré loyauté ont peur d'elle. Elle le sait, elle les observe. Quand les jeunes archivistes viennent présenter un nouveau document son œil ne rate rien, le moindre frisson, la plus petite goutte de sueur, tout ce qui peut lui donner de l'ascendant est mémorisé et servira plus tard. Reine à 200 ans et elle a lu toutes les archives, tous les documents et toutes les âmes du Pic.

Commenter cet article

Mémoire de joueur 15/10/2015 10:44

Parfois c'est "difficile" d'illustrer un portrait parce que l'image vient casser l'impression que se faisait le lecteur. Je trouve ta description plus intéressante et parlante que ces deux images qui l'illustre.

Patapon 15/10/2015 10:56

Merci, je prend ça comme un compliment.